Image traitement Silhouette

Bodylift ou dermolipectime tronculaire circulaire

Le body lift est une intervention complexe de chirurgie plastique qui apporte des résultats exceptionnels grâce à l’étendue de son action. En effet, il permet de :
• retendre le ventre
• lifter le bas du dos
• remonter les fesses
• lifter la face latérale des cuisses

INTRODUCTION

Réalisé le plus souvent après amaigrissement important, il consiste à retirer des excès de peau majeurs.

Le Dr Viard est expert en chirurgie des séquelles d’amaigrissement. Il a travaillé 2 ans avec le Dr Frering and co, connu mondialement dans la chirurgie bariatrique.
Il a complété sa formation en rendant visite au Dr Pascal inventeur des techniques modernes. Enfin, il a assisté à la formation spécifique dédiée à ces chirurgies à risque. En choisissant le Dr Romain VIARD, rompu à cette technicité particulière, vous augmentez vos chances d’une prise en charge de qualité.

Qu’est-ce que le body lift ?

Le body lift est une intervention complète de la silhouette. Il consiste en un traitement chirurgical circulaire :
• du ventre : par la réalisation d’une abdominoplastie à haute tension supérieure
• du bas du dos (région lombaire) : en retirant l’excès de peau
• des fesses : en les tractant vers le haut pour les retendre, et en y enfouissant de la graisse pour en augmenter le galbe
• la face latérale des cuisses : en la remettant en tension, après en avoir retiré les excès.

Les résultats en sont spectaculaires, mais le body lift reste une intervention lourde de chirurgie plastique.

On peut mieux visualiser cette intervention en imaginant qu’on enlève une bande de peau de 20-25 cm de hauteur tout autour du corps et située au niveau de la ceinture. La cicatrice

circulaire qui en résulte, peut paraître importante. Mais en fait, l’expérience prouve que si elle est bien positionnée (et donc facile à cacher par un sous-vêtement réduit) et si l’amélioration de la silhouette est spectaculaire, elle est très bien acceptée.

Les candidats au body lift

Il y a encore 10 ans, cette opération était peu pratiquée car considérée comme risquée. Mais, ces dernières années, la demande a beaucoup augmenté à cause du grand nombre d’amaigrissements importants (et leurs cortèges d’excès cutanés) dus aux anneaux gastriques, induisant de gros progrès techniques dans sa réalisation.
Aujourd’hui, l’opération s’est fortement améliorée et sophistiquée. Le Dr Romain VIARD peut ainsi la proposer à beaucoup plus de patient(e)s : en fait, toutes et tous ceux qui ont de l’excès de peau autour du corps. Les causes peuvent être multiples :
• l’amaigrissement massif est bien sûr la cause la plus fréquente survenant après régime, anneau gastrique ou by-pass. Les candidat(e)s à cette chirurgie ont perdu plusieurs dizaines de kilos mais il reste souvent encore de la graisse à enlever.
• l’obésité du bas du corps, dite gynoïde, qui résiste aux régimes
• l’obésité généralisée : dans ce cas le body lift peut aussi être considéré comme une chirurgie de réduction de la masse graisseuse. Ce sont des patient(e)s qui ont tout essayé sur le plan du régime et qui ne veulent pas subir les contraintes gênantes d’une chirurgie de l’estomac ou de l’intestin. La réduction peut dépasser les 10 kilos.
• l’âge et l’altération de l’élasticité cutanée post-ménopausique : de la même manière que l’on pratique des liftings du visage on peut pratiquer des liftings du corps
• les suites de liposuccion qui peut laisser un excès cutané si celle-ci a été pratiquée sous une peau à faible capacité élastique
• la chute congénitale des fesses et des cuisses : c’est-à-dire sans cause réelle et dès la puberté la personne à la peau molle et les fesses tombantes. L’abdomen peut-être parfait et dans ce cas on ne pratique que la partie postérieure de l’intervention.

Le bon candidat est celui ou l’excédent cutané graisseux est situé tout autour de l’abdomen.
La cicatrice résiduelle sera circulaire.

    

Quelle est la technique du body lift ?

L’incision fait le tour du tronc en passant au-dessus des fesses, tout en étant cachée dans la culotte.

Première étape : traitement du dos, des fesses et de la face externe des cuisses

L’excès de peau situé au-dessus des fesses, du bas du dos et du haut de l’extérieur des cuisses est retiré. La peau est ensuite tendue vers le haut.

• Au niveau des fesses, nous conservons tout le tissu graisseux, et ne retirons que la peau. Cette graisse bien vascularisée est ré-enfouie sous la peau décollée de la fesse pour en recréer le galbe et le corps charnu. La fesse est tendue en étant tirée vers le haut
• Au niveau du dos, nous le retendons vers le bas, après liposuccion, et retrait des excès de peau.
• Au niveau des cuisses, nous réalisons une lipoaspiration de la face externe des cuisses, puis nous retirons l’excès de peau, et nous liftons la cuisse vers le haut pour corriger l’effet accordéon.

Deuxième étape : traitement du ventre par abdominoplastie

Le patient est mis sur le dos pour cette étape.
Nous pratiquons alors une abdominoplastie tout en y associant une liposuccion de l’abdomen et des flancs, et une remise en tension des muscles.
Le plus souvent nous utilisons la technique d’abdominoplastie à haute tension supérieure.

Les bénéfices et limites du body lift inférieur

Avantages du body lift inférieur

• C’est une intervention dont les bénéfices sont immenses : elle permet donc de retendre le ventre, remonter les fesses, redonner du volume aux fesses si besoin, retirer les bourrelets du bas du dos et remonter l’extérieur des cuisses
• Une cicatrice unique circulaire au niveau de la ceinture, cachée dans les sous- vêtements, finalement pas si longue et sans retentissement esthétique en comparaisons aux importants bénéfices esthétiques
• redonner du volume aux fesses, grâce au lambeau graisseux de fesse et / ou un lipofilling de fesse dans le même temps.
• retirer les excès de graisse du ventre, des cuisses et du dos dans le même temps en associant une liposuccion étendue de la silhouette

Limites du body lift inférieur

• Au niveau des fesses: il ne permet pas de retendre la partie basse des fesses au niveau du pli fessier. Dans certains cas, un lifting sous-fessier dont la cicatrice est dissimulée dans le sillon sous-fessier est nécessaire.
• Au niveau du dos : il traite uniquement les bourrelets du dos situés au-dessus des fesses. Un body lift supérieur pourra être réalisé pour remonter le haut du dos
• Au niveau de l’extérieur des cuisses : dans certains cas, il persiste un excès de peau à l’extérieur des cuisses malgré le body lift. Il sera alors nécessaire de réaliser un lifting de la face interne de cuisse, qui s’il ne suffit pas pourra être associé à un rare lifting de face externe de cuisse, au prix d’une cicatrice verticale sur l’extérieur de la cuisse.
• Au niveau du thorax: En cas de gynécomastie associée, il sera nécessaire de réaliser une cure de gynécomastie indépendante. Le bodylift inférieur n’a pas d’action sur le thorax.

Quel est le résultat du body lift ?

Le résultat

Une partie du résultat est visible immédiatement car la remise en tension de la peau est toujours spectaculaire. Au bout de trois semaines les oedèmes commencent à partir et le résultat est encore plus impressionnant. En ce qui concerne la cicatrice, il faut savoir que, si elle s’estompe bien en général avec le temps, elle ne saurait disparaître complètement. A cet égard, il ne faut pas oublier que, si c’est le chirurgien qui réalise les sutures, la cicatrice, elle, est le fait du (de la) patient(e).

Le bodylift de « rattrapage » (opéré une première fois par un chirurgien viscéral) n’a pas permis de corriger la gynécomastie qui a nécessité une deuxième intervention à 3 mois d’intervalle.

Au-delà de l’amélioration esthétique qui est souvent appréciable, le body lift apporte en règle générale à la patiente (ou patient) une amélioration très nette en ce qui concerne le confort. De plus, cette amélioration fonctionnelle et le mieux-être psychologique aident la patiente ou le patient dans l’ajustement de leur équilibre pondéral.

Le but de cette chirurgie est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection. Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu devrait vous donner une grande satisfaction. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une chirurgie importante et délicate, pour laquelle la qualité de l’indication et la rigueur du geste opératoire ne mettent en aucune manière à l’abri d’un certain nombre d’imperfections, voire de complications.

Les imperfections du résultat

Le plus souvent, un body lift rend un réel service aux patient(e)s, avec l’obtention d’un résultat satisfaisant et conforme à ce qui était attendu. Cependant, il n’est pas rare que des imperfections localisées soient observées, sans qu’elles constituent de réelles complications :
Cicatrices disgracieuses : il est impossible de prévoir comment va se comporter la cicatrice. Le plus souvent tout se passe bien et la cicatrice, toujours rouge au départ, blanchie en douze à dix-huit mois. Il peut arriver qu’elle s’élargisse ou s’épaississe. Dans ce cas il est toujours possible de la reprendre sous anesthésie locale.
Réapparition de l’excès de peau : surtout chez les patient(e)s qui ont beaucoup maigri et dont la peau a des fibres élastiques en mauvais état. Il est toujours possible de faire des retouches sous anesthésie locale pour améliorer encore le résultat final.

Une prise en charge du body lift est-elle possible ?

La plupart du temps, une demande d’entente préalable est réalisée au motif que le tablier abdominal recouvre partiellement le pubis.
Il y a des dépassements d’honoraires, éventuellement remboursés par votre mutuelle.
Si ces indications ne sont pas respectées le body lift est alors considéré comme une intervention de chirurgie esthétique, qui n’est prise en charge ni par la sécurité sociale, ni par la mutuelle.

En revanche, le lifting du dos et le lifting ascendant des fesses ne sont pas pris en charge, et font l’objet d’un devis de chirurgie esthétique indépendant.

Déroulement du body lift

Que se passe-t-il avant le body lift ?

• 2 consultations de chirurgie plastique espacées de minimum 15 jours sont obligatoires avant un body lift, au cours desquelles sont toujours réalisées des photographies médicales.
• Un lipopanty gainant l’abdomen et les cuisses est prescrit.
• Les consignes médicales systématiques les plus importantes avant un body lift sont :
• Arrêt strict du tabac 2 mois avant l’intervention, pour réduire le risque de nécrose cutanée.
• Arrêt de la prise d’aspirine, d’anti-inflammatoires, ou d’anti-coagulants oraux dans les 15 jours qui précèdent l’intervention, pour réduire le risque hémorragique.
• Arrêt de la contraception orale 1 mois avant l’intervention, pour diminuer le risque thrombo-embolique.
• Supplémentation en fer par des comprimés 1 mois avant l’intervention pour réduire les conséquences du saignement opératoire.

Quel est le type d’anesthésie pour un body lift ?

L’anesthésie est toujours générale.

Hospitalisation et intervention

L’hospitalisation se déroule en clinique. L’intervention dure 4 heures en moyenne. L’hospitalisation est en moyenne de 2 nuits après l’intervention, ce qui a été considérablement raccourci grâce aux améliorations de la technique. L’hospitalisation peut être plus longue selon l’importance des excès de peau retirés.

Quelles sont les suites opératoires habituelles du body lift ?

La récupération est un peu plus longue que pour une autre opération en raison de la durée de l’intervention, des surfaces opérées et des quantités enlevées. Le gonflement et les bleus apparaissent rapidement et peuvent être assez intenses de même que la fatigue et les douleurs.
Si la fatigue est trop importante une transfusion de sang peut être indiquée. En ce qui concerne les douleurs, elles sont prises en charge par les anesthésistes et sont grandement diminuées par des produits puissants.

• Pas de drain
• Le pansement est retiré le second jour après l’intervention. Il a pour but de comprimer les zones décollées pendant les premiers jours. Il est remplacé par une gaine.
• Le port d’une gaine de compression est essentiel pendant un mois pour limiter l’œdème.
• Afin de réduire le risque de phlébite, votre lever précoce sera systématiquement encouragé, dès le soir même de l’intervention. De même, un traitement anticoagulant par injections sous-cutanées sera systématiquement prescrit pendant 15 jours.
• Les fils sont résorbables.
• La première douche est autorisée lors du retour a domicile sur vos pansements étanches.
• De façon classique et habituelle, il existe pendant les premières semaines ou les premiers mois qui suivent l’intervention :
– un œdème (gonflement) et des ecchymoses (« bleus »). D’importance variable, ils sont souvent asymétriques. Ils persistent au moins 15 à 21 jours.
– une diminution ou une disparition de la sensibilité des zones décollées au- dessus du pubis pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois. En outre, les zones décollées restent indurées pendant plusieurs mois.
– parfois des douleurs, qui sont bien soulagées par les traitements antalgiques. Toutefois, en cas de traitement associé d’un diastasis des muscles droits, les douleurs de la paroi abdominale peuvent être importantes et durables.
• La période d’arrêt de travail est de 4 semaines.
• La période d’arrêt des activités sportives est de 2 mois avec interdiction d’effort musculaire (en particulier le port de charge).
• Il est très vivement conseillé de reprendre le sport à partir du 2ème mois après l’intervention, afin d’entretenir le renforcement de la sangle musculaire abdominale réalisé lors de l’intervention. Les grossesses et les variations importantes de poids sont fortement déconseillées après l’intervention, dont elles risquent de détériorer le résultat.

Les complications envisageables

Un bodylift, bien que réalisé pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale, ce qui implique les risques liés à tout acte médical, aussi minime soit-il. Il faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical.

En ce qui concerne l’anesthésie, lors de la consultation, le médecin anesthésiste informera lui-même le patient des risques anesthésiques.
Il faut savoir que l’anesthésie induit dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser : le fait d’avoir recours à un Anesthésiste parfaitement compétent, exerçant dans un contexte réellement chirurgical, fait que les risques encourus sont devenus statistiquement extrêmement faibles.
Il faut savoir, en effet, que les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces trente dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.

En ce qui concerne le geste chirurgical : en choisissant le Dr Romain VIARD, Chirurgien Plasticien qualifié et compétent, formé à ce type d’intervention, vous limitez au maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement. Heureusement, les vraies complications sont rares à la suite d’un bodylift réalisé dans les règles. En pratique, l’immense majorité des interventions se passe sans aucun problème et les patients sont pleinement satisfaits de leur résultat.
Pour autant, et malgré leur rareté, vous devez quand même connaître les complications possibles :
• les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire), bien que globalement assez rares après ce type d’intervention, sont parmi les plus redoutables. Des mesures préventives rigoureuses doivent en minimiser l’incidence : port de bas anti-thrombose, lever précoce, traitement anti- coagulant.
Saignements : ils sont possibles les premières heures mais restent habituellement très modérés. Quand ils sont trop importants, cela peut justifier une reprise au bloc opératoire.
Hématomes : ils peuvent nécessiter une évacuation s’ils sont volumineux ou trop douloureux
body lift

Voir les tarifs